Comment bien jeûner ? Quel type de jeûne ?

Vous êtes de plus en plus nombreux à jeûner seuls a la maison sans accompagnement. Vous avez lu un livre, vu des vidéos et cela vous a donné envie de passer à l’action, d’abord bravo ! Jeûner est par définition très simple à réaliser, car en pratique, il suffit d’arrêter de s’alimenter. Cependant, le but d’un jeûne qu’il soit court (3 jours) ou long (à partir de 7 jours) est d’aider son corps à déloger les toxines, de mettre son système digestif au repos et de prendre du temps pour soi. Pour que cela soit bien conduit, il faut donc s’y préparer un minimum en avance. Voici mes conseils pour vous guider et faire le bon choix.

Combien de temps en avance dois-je préparer mon jeûne ?

Je recommande au minimum 7 jours de préparation au jeûne si la personne a un rythme de vie assez sain (alimentation bio a tendance végétale et pratique d’un sport). En revanche, la personne qui mange un peu n’importe quoi au quotidien devra se préparer plus longuement au jeûne, minimum 15 jours avant, ce délai peut aller jusqu’à 1 mois selon les personnes que j’accompagne .
Lorsque nous mangeons, une partie des produits chimiques/toxiques contenus dans les aliments non biologiques, ou à cause d’un mode de cuisson inadapté (grill, barbecue, friture), se retrouvent dans notre organisme. Ces résidus acides pour le corps vont être emprisonnés dans nos cellules graisseuses afin de ne pas abimer les organes. Lorsqu’on jeûne, nous perdons un peu de poids à cause du manque volontaire de nourriture, nous allons donc perdre en graisse, et cela va remettre en circulation les toxines logées dans vos tissus adipeux (nos graisses, nos poignées d’amour et autres petits bourrelets), il faut donc bien préparer le jeûne, préparer nos émonctoires (nos portes de sortie des toxines) afin que les toxines puissent être éliminées efficacement. Si les toxines ne sont pas ou peu éliminées, le corps va devoir puiser sur ses réserves minérales (cheveux et dents en particulier) pour contrer l’acidité. C’est comme cela, que certains jeûneurs perdent beaucoup de cheveux après un jeûne. Si vous souhaitez un bilan personnalisé, je peux vous accompagner dans cette préparation au jeûne et vous conseiller la meilleure solution adaptée à votre profil.

Quel type de jeûne choisir ?

Il existe plusieurs jeûnes que je vais vous présenter.

#1 Le jeûne hydrique

  • Définition : c’est le jeûne le plus ancien, à l’origine de tous les jeûnes. On boit juste de l’eau et on laisse le corps faire. Pas de purge de l’intestin, pas de tisanes, pas de jus, juste de l’eau.
  • Pour qui ?  pour ceux qui ont de la vitalité, qui connaissent bien leur corps et qui ont déjà jeûné.
  • Points clés : les réactions peuvent être spectaculaires, on peut se sentir faible, voir très faibles, certains peuvent rester au lit durant tout le jeûne. C’est en général un jeûne passif (sans activités, sans balades). C’est le plus efficace.

#2 Le jeûne modifié (Buchinger) ♡

  • Définition : c’est un jeûne avec un apport calorique minime (250 calories par jour max). On autorise un jus de légumes le matin, des tisanes et un bouillon le soir. C’est le plus populaire, il est pratiqué dans des cliniques en Allemagne et dans les centres de jeûne en France.
  • Pour qui ?  pour ceux qui veulent expérimenter le jeûne en douceur, pour ceux qui n’ont jamais jeûné.
  • Points clés : les réactions sont présentes mais plus douces qu’en jeûne hydrique. De plus, le jus de légumes verts (boisson alcalinisante) du matin permet d’aider à neutraliser les toxines acides relâchées. Il y a un protocole de descente alimentaire, de purge (ou lavements) et de reprise alimentaire. C’est un jeûne actif/passif où on alterne de l’exercice modéré (marche, nage ou autre) et des phases de repos dans la journée. Il est plus agréable à vivre que le jeûne hydrique. Il est très efficace également pour la detox.

C’est le jeûne que j’affectionne particulièrement car il est doux et idéal pour les débutants dans la pratique du jeûne. De plus, les nombreuses activités proposées en centre ou dans mon programme font de ce jeûne, un moment de bien-être, enfin on prend du temps pour soi.

#3 Le jeûne sec

  • Définition : le jeûne sec vise la privation de nourriture et de boisson, on ne mange pas et on ne boit pas. Il parait qu’un jour de sec vaut 3  jours de jeûne hydrique car le corps doit à la fois produire du glucose (sucre) et de l’eau pour alimenter ses cellules. Le principe est le même que le ramadan, mais ici, on ne le fait pas en suivant le soleil, ni en ayant de but religieux.
  • Pour qui ?  pour ceux qui ont déjà pratiqué plusieurs jeûnes hydriques ou modifiés et qui connaissent très bien leur corps et les réactions qu’il peut avoir.
  • Points clés : c’est un jeûne très court qui sera pratiqué comme expérience, il est intéressant sur 24h (durée suffisante selon moi). Certaines personnes le font plusieurs jours (je ne recommande pas cela sans suivi d’un naturopathe) car il peut mettre en péril votre équilibre.

Combien de temps jeûner ?

La période de jeûne varie de quelques jours à plusieurs semaines, notez que la moyenne se situe entre 3 et 7 jours . La durée de votre jeûne va dépendre de beaucoup de choses. En premier lieu, vous pouvez calculer votre indice IMC (indice de masse corporelle) afin de voir si vous n’êtes pas en sous-poids, en quel cas, le jeûne peut être déconseillé et j’inviterai ces personnes à faire plutôt l’expérience d’un jeûne intermittent ou une détox végétale. Plus la personne aura de surpoids et plus elle pourra jeûner longtemps. Les centres de jeûne proposent des stages de 7 jours. Je recommande aux personnes qui n’ont jamais jeûné de leur vie de commencer tranquillement chez soi durant une journée et d’observer ce qu’il se passe et la façon dont le corps va réagir à la privation de nourriture. Enfin, le cap des 3 jours de jeûne est intéressant car cela donne déjà une première approche d’un jeûne court et sécuritaire, cela permet au corps d’entre en phase d’autophagie (quand le corps commence à vivre sur ses propres réserves pour fournir du carburant nécessaire). Les plus expérimentés feront des jeûnes allant de 15 jours à parfois 21 jours soit pour l’expérimenter, soit pour des raisons de maladie sous surveillance médicale ou d’un naturopathe.

Pour choisir la durée de votre jeûne , voici un rapide comparatif des différents jeûnes.

#1 Le jeûne court

Il va de 24h à 3 jours, c’est un jeûne revitalisant. Avec un jeûne de 3 jours, vous aurez de l’énergie en fin de jeûne, le travail de nettoyage se met en route doucement et avec une bonne préparation au jeune ainsi qu’une bonne reprise alimentaire, vous aurez quasiment 15 jours de detox, c’est donc très intéressant. Autre avantage, avec le jeûne court, vous pouvez en faire plus souvent, jusqu’à 4 fois par an si vous le souhaitez à chaque changement de saison. Plusieurs petits jeûnes courts donnent de très bons résultats en terme de detox.

#2 Le jeûne long

Il va au delà de 3 jours et jusqu’à maximum 40 jours (avec accompagnement bien sur). C’est un jeûne où la personne peut rester au lit, elle aura moins de force. L’avantage est que le travail de nettoyage sera plus profond. C’est un jeûne que l’on fera une fois par an.

#3 Le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent alterne des périodes d’alimentation et des périodes de jeûne. Ces jeûnes peuvent être réalisés toute l’année, tous les jours, c’est d’ailleurs ce que je pratique au quotidien. Il existe de nombreux jeûnes intermittents, parmi lesquels :

– le 16/8 : on jeûne pendant 16h et on mange sur une fenêtre de 8 heures : cela revient donc à faire 2 repas par jour (matin et midi ou midi et soir selon votre emploi du temps).
– le 20/4 (ou Warrior diet ou OMAD pour One Meal a Day) : on jeûne pendant 20h et on mange sur une fenêtre de 4 heures. Cela revient à faire 1 repas par jour
– le 5/2 : On mange normalement durant 5 jours et on jeûne durant 2 jours par semaine
– jeûner 1 jour sur 2 : le titre parle de lui même, on mange le lundi, on jeûne le mardi, on mange le mercredi, on jeûne le jeudi, etc.

Ce jeûne intermittent est un jeûne d’entretien que je conseille d’adopter après un jeûne hydrique ou modifié. Il est intéressant également pour tous ceux qui sont sous traitement médical (avec accord de leur médecin selon la gravité), pour tous ceux très maigres mais qui veulent jeûner pour se détoxifier, en cas d’épuisement, etc. C’est le jeûne le plus facile et efficace sur le long terme à condition de s‘alimenter correctement durant les fenêtre d’alimentation. Avec ces jeûnes, on ne change pas sa façon de vivre.

Quelles sont les contre-indications au jeûne ?

  • Nous l’avons vu plus haut, une personne avec un IMC en dessous de 18 (maigreur) ne devrait pas jeûner. Je conseille à ces personnes de se rapprocher d’un naturopathe pour étudier ensemble les possibilités telles que la detox végétale par exemple.
  • Les personnes souffrant d’anorexie doivent absolument se rapprocher de leur médecin et traiter la cause profonde de cette maladie.
  • Les personnes souffrant d’un diabète de type 1. Ces personnes s’orienteront davantage vers une cure de jus de légumes frais par exemple.
  • Le jeûne est également contre-indiqué en cas d’hypotension ou de troubles de la thyroïde.
  • En règle générale, les insuffisances rénale ou hépathique sont aussi des contre-indications au jeûne.
  • Les personnes fatiguées, en burn-out ou épuisées devront d’abord se reposer et repousser à plus tard leur jeûne.
  • Les personnes ayant de grosses carences connues (par exemple une carence de fer) devraient d’abord remonter leurs minéraux avant de jeûner. On dit que le jeûne peut aider à remonter un taux de fer, mais la carence est importante, n’espérez pas remonter votre taux en jeûnant. Au contraire, jeûner avec une carence de fer peut vous fatiguer encore plus.
  • Enfin, la femmes enceintes ou en période d’allaitement ne jeûneront pas.

Faut-il se faire accompagner durant un jeûne ?

Il n’est pas obligatoire de se faire accompagner, les personnes qui ont déjà jeûné et qui sont en confiance avec elles-mêmes se passeront d’un accompagnement. Pour votre premier jeûne, je vous conseille d’avoir, au minimum un rendez-vous avec un naturopathe pour bien faire votre jeûne et avoir un protocole défini et adapté à votre personne.
Par exemple, pour les personnes déminéralisées, je recommande l’ajout de certains compléments en amont pour aider à retrouver une belle santé. Les tisanes qu’un naturopathe va vous conseiller auront également tout leur intérêt pour favoriser l’élimination des toxines. Si c’est votre premier jeûne, je vous conseille mon programme du Jeûne de 3 jours comprenant tout ce que vous devez savoir de la préparation à la reprise alimentaire. C’est un programme complet avec plus de 50 vidéos.

Comment se préparer à jeûner ?

Certains diront qu’il est possible de jeûner sans préparation, personnellement, je trouve que chaque jeûne doit se préparer psychologiquement et physiologiquement. Je recommande de faire une descente alimentaire minimum 7 jours avant votre jeûne, voire davantage si vous avez un rythme de vie un peu désordonné.
Vous pouvez également faire une prise de sang pour voir s’il y a une éventuelle carence en minéraux ou non. Si vous jeûnez seul à la maison, organisez votre jeûne avec une séance par jour de marche, de yoga, de massage ou autre.

Vais-je avoir faim durant mon jeûne ?

Oui et non… La faim est propre à chacun et d’un jeûne à l’autre, vous n’aurez pas les mêmes sensations de faim. Faire une purge intestinale permet de commencer le jeûne avec les intestins vidés et cela réduit la sensation de faim. Notez également qu’au début, la faim se fera un peu sentir, mais passé le 3e jour, en principe, vous aurez moins faim. Bien sur c’est variable d’une personne à l’autre. Acceptez cette sensation de faim qui est le signe le plus formidable de le processus du jeûne est en marche.

Le jeûne et la perte de poids

J’ai écris un article dédié à ce sujet. Qui dit abstention de nourriture, dit forcément perte de poids. En général, on dit que l’on peut perdre jusqu’à 10% de son poids suite à un jeûne de 7 jours, ainsi le jeûneur perd de 4 à 8 kilos alors que la jeûneuse perdra de 2 à 5 kilos. Le but premier d’un jeûne n’est pas de mincir, bien que cela soit un réel critère de motivation. C’est également un starter au corps pour aller vers une perte de poids durable. D’après des études récentes datant de 2016, le jeûne intermittent serait plus efficace qu’un jeûne long pour perdre du poids. Mieux vaut faire un peu chaque jour qu’une fois par an !

Notez simplement que si votre reprise alimentaire est trop rapide et non adaptée, vous reprendrez tous les kilos perdus et parfois plus. La reprise alimentaire est aussi importante que le jeûne en lui-même.

Prenez soin de vous.

Johanna Colas,
Naturopathe et accompagnatrice en jeûne à Annecy